Mardi 6 octobre 2020

Représentation n°3 des Silencieuses à l’École d’ingénieur·e·s Télécom Paris

Retours des élèves suite au spectacle :

(Il y avait 26 garçons pour 2 filles dans la salle.)
H1 – Est-ce que vous avez joué ce spectacle dans des milieux plus conservateurs, et si oui, comment ça a été reçu ?
H2 – J’aimerais savoir comment ça a pu se passer pour vous lorsque des gens avec lesquels vous discutiez
se braquaient et se mettaient en colère.
H2 – Moi, la parité dans l’Ecole, sincèrement, ça arrangerait bien mes affaires 🙂
N – (Suite aux rires de la classe) Je peux entendre ça. Même si ce n’est pas une raison « politiquement correcte », de fait ça me paraît beaucoup plus sain qu’il y ait autant de filles que de garçons dans une école comme la vôtre, et la raison que tu invoques, le désir, le fait de trouver une copine ou un copain, ne me paraît pas honteuse. 
H2 – Au-delà de mon trait d’humour, je trouve que ça crée une ambiance vraiment différente quand il y a des filles. En Terminale et en Prépa, on était à peu près 50-50, et ici on est à 79% de garçons pour 21% de filles.
N – Est-ce que tu saurais nommer ce que tu ressens, toi qui a pu vivre la différence ?
H2 – Je crois que c’est dans la posture qu’on se sent obligé d’adopter.
J’ai l’impression qu’on se sent plus obligé de rouler des mécaniques lorsqu’on est en majorité masculine.
H1 – Moi dans les Prépas que j’ai faites, on était en grande majorité des garçons. Il y avait peut-être deux filles. Et dans ma famille, on est trois garçons. J’aime bien cette atmosphère masculine. Je me rends compte que, s’il y a des filles dans une discussion, je peux ressentir un léger malaise parce que je n’ai pas l’habitude. Ça change quelque chose pour moi quand des filles sont présentes.
F1 – Mais ici dans cette salle, on n’est que deux filles, et vous êtes 28 garçons…
N – Vous seriez d’accord pour dialoguer ?
F1 – Je constate que seuls des garçons ont pris la parole. C’est vrai que vous êtes largement majoritaires, et j’ai du mal à concevoir que ça vous dérange qu’il y ait 20 % de filles. Quant au changement d’ambiance que tu ressens en présence de filles, nous on n’est pas là pour changer l’ambiance. D’ailleurs votre voix est généralement plus grave, elle s’entend mieux, et nous, a fortiori quand on est en minorité, on peut avoir du mal à prendre la parole ou à nous faire entendre.
H1 – Je ne voudrais pas que tu penses que je souhaiterais que vous ne soyiez pas là et qu’on ne soit qu’entre garçons. Ce n’est vraiment pas le cas. Je dis juste que j’ai moins de repères en présence des filles. Et, c’est vrai, j’aime bien l’atmosphère qui se dégage quand on est entre garçons.
F1 – Je comprends. Moi-aussi je sais que je peux être plus à l’aise quand on n’est qu’entre filles.